L’EuroAirport doit pouvoir se développer selon le PSIA actuel

L’EuroAirport Bâle-Mulhouse-Fribourg dispose depuis 2013 d’un PSIA qui définit les directives de planification pour le développement en Suisse. Ce troisième aéroport dispose encore de marges de capacité pour garantir une croissance conforme à l’évolution de la demande et aux exigences d’aménagement du territoire. La région Nord-Ouest est celle qui connaît la croissance économique la plus dynamique du pays; elle a donc besoin d’un aéroport performant.

Horaires d’exploitation concurrentiels – Un préalable à un transport aérien compétitif

Des horaires d’exploitation concurrentiels sont un élément essentiel pour les aéroports. Or, les aéroports suisses fonctionnent selon des horaires plus limités que leurs concurrents étrangers. L’aéroport de Zurich, en particulier, a été soumis à une interdiction des vols de nuit extrêmement restrictive, qui le défavorise beaucoup par rapport aux grands aéroports étrangers et entrave passablement une exploitation à la hauteur d’une grande plate-forme intercontinentale. Les horaires de fonctionnement doivent donc être aménagés de façon à ce que les compagnies aériennes puissent gérer leurs flottes de manière efficiente dans un environnement hautement compétitif, et proposer à leurs passagers et à leurs clients de fret des heures d’atterrissage et de décollage adaptées à la demande et à la concurrence internationale. Les créneaux horaires de début et de fin de journée sont particulièrement importants. Le Conseil fédéral a pris acte de cette problématique et a reconnu dans son Rapport sur la politique aéronautique de 2016 que de nouvelles limitations des heures d’exploitation des aéroports suisses mettraient dans l’embarras les compagnies aériennes opérant en Suisse.

Les aéroports prennent des mesures pour respecter les horaires d’exploitation

Les restrictions de capacité dans les aéroports compromettent la ponctualité des décollages et des atterrissages. Les retards qui s’accumulent au cours de la journée décalent certains mouvements jusque tard dans la soirée. Pour que les vols puissent quand même être assurés dans le cadre des horaires opérationnels restrictifs, les exploitants des aéroports nationaux prennent, en concertation avec la sécurité aérienne et les compagnies, des mesures soigneusement coordonnées.

Ne pas aggraver le désavantage concurrentiel du transport aérien

Tandis que le transport ferroviaire longue distance, les véhicules personnels et les autocars peuvent circuler 24 heures sur 24, les aéroports suisses sont soumis à des conditions d’exploitation nocturne très strictes. Dans ce contexte, la SIAA demande de ne pas aggraver par d’autres restrictions ce désavantage du transport aérien par rapport aux transports ferroviaire et routier.

Conclusion

  • Les aéroports suisses assurant un trafic de lignes acceptent les restrictions des horaires d’exploitation qui leur sont imposées pour tenir compte du besoin de repos de la population pendant la nuit.
  • Ils prennent des mesures pour accroître la ponctualité, que les limitations de capacité rendent difficile, et pouvoir ainsi respecter ces horaires restrictifs.
  • Pour maintenir l’accessibilité de la Suisse et continuer à garantir une réponse concurrentielle à la demande en transport aérien de voyageurs et de fret, les horaires actuels d’exploitation des aéroports doivent être maintenus en l’état. C’est également la position du Conseil fédéral dans son Rapport sur la politique aéronautique de la Suisse 2016.
  • Il ne doit pas y avoir de restrictions supplémentaires des horaires d’exploitation des aéroports suisses gérant des vols réguliers!